AccueilLivre d'orSondagesPartenairesAdressesAuteur
L'Europe nazie
       La plupart des pays européens sont occupés par les allemands. Des gouvernements allemands ou collaborateurs sont mis en place. La pénurie et des pillages économiques sont mis en place. On appelle aux volontaires pour combattre avec les troupes allemandes. Ces appels se transforment très vite en STO (Service de Travail Obligatoire). Les populations civiles des pays envahis sont surveillés et traqués et la terreur règne: arrestations, tortures, persécutions à l'origines de dénonciations très souvent sans preuves apparaissent.
© Edimages/SESAM/ADAGP, Paris, 1999
Affiche de Paul Colin illustrant l'occupation

        En 1942, Hitler demande à Himmler de préparer la "solution finale" : phase d'extermination des Juifs et Tziganes. De nouveaux camps sont créés et des camps de concentrations sont transformés en camps d'extermination (Treblinka, Auschwitz-Birkenau, Buchenwald. Dans ces camps, il est procédé à un massacre en chaîne: en tout les nazis auront massacré sans pitié 9 000 000 de personnes dont 6 000 000 de Juifs.

Documentation Libre GNU
Camp de Concentration nazi

        Face à ces massacres et à cette terreur, les européens se divisent et adoptent deux comportements antagonistes:

-La collaboration
        Elle se traduit par des collaborations d'État: des chefs d'état collaborent avec l'occupant nazi afin d'alléger cette occupation. Mais cette collaboration est à sens unique et les gouvernements de collaboration ne perçoivent pas le dédommagement de leur fidélité aux nazis et sont obligés d'imposer des traités nazis dans leur pays.  
        D'autre part, des habitants de pays occupés soutiennent activement les idées nazies et les principes de supériorité ou d'infériorité des races ou hostiles au communisme. Ceux-ci s'engagent dans des formations militaires ou paramilitaires afin de combattre les bolcheviks et l'URSS aux côtés des allemands.

© Sygma/Keystone
Pétain, chef du gouvernement de collaboration et Hitler
-La Résistance
        Elle peut être étrangère, menée par les gouvernements en exil à Londres qui utilisent la BBC afin d'appeler à la Résistance et de coordonner les réseaux de Résistants.
        Elle peut aussi être intérieure, menée par des hommes et des femmes qui refusent les idées nazies, l'occupation et la défaite et qui veulent le rétablissement de la démocratie. Active, elle est menée avec des sabotages, des attentats... par des maquisards (ex: Vercors).


© Sygma/Keystone
Maquisards résistants apprenant à manier les armes

        Passive, elle fournit des renseignements et apelle à la Résistance dans les journaux.
        Toutes les formes de Résistances sont sévèrement punies.