AccueilPartenairesAdressesAuteur
La guerre totale
    Cette guerre a entraîné une mobilisation de tous les hommes valides, y compris ceux des empires coloniaux et des femmes utilisées pour remplacer les travaux des hommes. A la fin de cette guerre, elles réclament leur émancipation. Une économie de guerre se met en place: réquisitions, armements, emprunts.

Régiments sénégalais combattants pour la France

    Les gouvernements des pays belligérants encadrent étroitement les populations, soit en nommant des hommes forts comme Clémenceau, soit en pratiquant la censure.

Ainsi on peut lire dans la presse française:

"L'inefficacité des projectiles ennemis est l'objet de tous les commentaires. Les schrapnels éclatent mollement et tombent en pluie inoffensive. Quand aux balles allemandes, elles ne sont pas dangereuses: elles traversent les chairs de part en part sans faire de déchirure"
            L'Intransigeant, 17 août 1914.

"Nos troupent se rient de la mitrailleuse. On n'y fait plus attention."
            Petit Parisien, 11 octobre 1914.

"Je reviens du front, je Les ai vus, et j'en tremble encore. Je rentre d'un monde idéal. Quand je suis monté vers eux, je Les plaignais. Quand j'en reviens, je Les envie!"
            Le Journal, novembre 1915.

"A propos de Verdun, nos pertes ont été minimes."
            Echo de Paris, février 1916
(Verdun: 500.000 décès français)

On assiste à des déportations de populations qui se terminent parfois en génocides. En Turquie, les arméniens, de confession chrétienne sont persécutés et massacrés par les turcs. Le génocide arménien fait au total plus de 1 200 000. Les turcs persécutent également les Arabes afin d'affirmer leur occupation de l'Arabie. Coutume était alors de dire que lorsqu'un Arabe tuait un turc, les turcs tuaient cent Arabes...

 
Destruction partielle de Lille