AccueilPartenairesAdressesAuteur
La Monarchie de Juillet (1830-1848)
         Les Trois Glorieuses parviennent à renverser la Monarchie de Charles X et les Révolutionnaires attendent donc la mise en place de la République. Mais les députés monarchistes réagissent (pour une fois) de manière unie et rapide, soutenus par Adolphe Thiers et le marquis de la Fayette. C'est le Duc d'Orléans, cousin du Roi qui devient Roi à son tour. Louis-Philippe Ier est soutenu par les Chambres et par le peuple qui l'acclame. Il est proclamé "Roi des Français par la grâce de Dieu et la volonté nationale".

Cette image fait partie du Domaine Public
Louis-Philippe Ier, Roi des Français

        Il prète serment sur la Charte sans les vêtements de l'Ancien Régime et rétablit le drapeau tricolore. Il supprime la censure et partage l'initiative des lois. La religion catholique n'est plus religion nationale et la réforme électorale porte le nombre d'électeurs de 90 000 à 170 000.
        Le Roi est blâmé par les Républicains et les Légitimistes, hostiles à un Roi issu d'une Révolution. Il doit s'appuyer sur le "parti du mouvement" qui exige des réforme, et sur le "parti de la résistance" ... qui refuse toute réforme !
       Le parti du mouvement sera à l'origine de la loi de 1833 sur les écoles primaires (une obligatoire dans chaque commune et la gratuité pour les enfants pauvres) et celle de mars 1841 sur l'interdiction du travail des enfants moins de 8 ans.
En revanche, le parti de la résistance sera à l'origine des fortes répressions face aux manifestations lyonnaises et parisiennes.
       C'est sous ce régime que la France entre dans la Révolution Industrielle. Les français consomment plus et la vie devient plus facile.



Enquête sur le projet du premier chemin de fer français en 1937

       Mais l'écart entre les élites qui goutent au progrès et les couches populaires qui conservent leur précarité ainsi que le manque de réformisme de la monarchie affaiblissent le régime. Les années 1840 voient apparaître la crise économique.
        La révolte gronde. Pour la faire taire, le régime interdit les réunions publiques. Apparaissent alors les banquets républicains, sorte de contournement de la loi où on mange et débat. Le repas se finissant parfois en fusillade lorsque les débats ont été trop houleux...
       Le 22 Février 1848, les Parisiens manifestent malgré la loi. La garde nationale répond violemment, faisant 52 morts. Dés lors, la capitale est couverte de barricades et Louis XVIII doit abdiquer. Cette fois ci, la République est proclamée.



Insurrections républicaines à Paris en 1848